colocataires

Ce qu’il faut savoir sur la colocation.

Vous envisagez de vivre en colocation ? Que vous ayez envie de vivre avec un ami ou que vous vous apprêtiez à vivre avec des inconnus, il y a des subtilités qu’il vaut mieux connaître avant de s’engager. Petit panorama des différences administratives qui séparent une location d’une colocation…

Le bail en colocation

La colocation est définie comme étant la location par plusieurs locataires d’un même logement constituant leur résidence principale (hors époux et partenaires Pacs).

Ainsi tous les locataires doivent figurer sur le bail, sinon ils sont SANS DROIT NI TITRE, mais simplement hébergé.

Sachez que la surface louable minimum est de 16m² pour deux personnes, 25m² pour 3, 34m² pour 4 et ainsi de suite (+ 9m² par personne supplémentaire).

Il existe également une autre solution : la colocation à baux multiples. Pratique en cas de départ d’un colocataire, elle est pourtant plus rare, car dans ce cas-là, chaque colocataire doit disposer au minimum de 14m² d’espace privé et de 33m² d’espace habitable.

Repartir la charge… des charges !

Concernant le paiement des charges, comme dans la location classiques deux solutions sont possibles :

  • Le paiement d’une provision
  • Le versement d’un forfait

Chaque colocataire doit ainsi payer sa quotepart. Sachant que si vous avez signé une clause de solidarité, chacun est responsable du paiement de la totalité des charges !

Les bons comptes font les bons colocs ! Nous vous proposons une application qui pour permet de tenir les comptes à jour entre colocataire.

Assurance habitation 

En ce qui concerne l’assurance habitation, il vaut mieux privilégier un seul contrat pour tous. L’inconvénient, c’est qu’il faut contacter l’assureur à chaque changement de colocataire. Si vous choisissez de souscrire à des contrats de manière individuelle, vous courez le risque de voir vos assureurs se renvoyer la balle en cas de sinistre !

Demande d’APL en colocation

Chaque colocataire doit faire sa propre demande d’allocation auprès de la CAF, en déclarant seulement sa part de loyer, attesté par la quittance délivrée par le propriétaire.

Si le propriétaire ne délivre qu’une seule quittance pour le groupe, le montant du loyer sera alors, divisé par le nombre de colocataires.

Quitter une colocation

Vous pouvez quitter une colocation à tout moment, sans l’accord des autres colocataires, à partir du moment où vous en avez informé votre propriétaire par préavis avec avis de réception.

Cependant, quitter une colocation est un peu plus complexe qu’une location simple en ce qui concerne la récupération du dépôt de garantie.  En effet, le propriétaire doit rembourser le dépôt de garantie qu’au moment de l’expiration du bail. Or ce n’est pas parce que vous avez décidé de quitter la colocation que le bail est terminé pour les autres locataires ! Il faudra donc attendre !

point-exclamationATTENTION : en cas de clause de solidarité, vous êtes tenus, même après votre départ de la colocation, de régler des éventuels impayés de ceux qui demeurent dans le logement !

http://www.pap.fr/conseils/location/la-colocation/a1267/la-clause-de-solidarite